Liste des cimetières regroupés d’Algérie

INFORMATIONS SUR LE REGROUPEMENT

DES CIMETIERES EN ALGERIE

 Les cimetières français en Algérie sont pour la plupart en voie de disparition. Des accords ont été passés entre le Gouvernement Français et le Gouvernement Algérien, pour le regroupement de 135 d’entre eux et 22 en métropoles.

Il nous a paru interessant de soumettre à votre information et à votre réflexion les documents ci-dessous :

  •  l’article du quotidien d’Oran du 03/07/2011 sur ce sujet,
  •  l’arrêté du 23/06/2011 du Gouvernement Français,
  •  la liste des 135 cimetières regroupés.

Enfin, le Grand Rabbin de France a reçu du Président de la République, confirmation de la vigilance de de notre pays quant à la mise en œuvre de l’arrêté du 23 juin 2011 relatif au regroupement de sépultures de 137 cimetières de petites capacités en Algérie. Une action de recensement des tombes juives doit être menée très rapidement et le transfert des sépultures doit tenir compte des normes de la tradition juive. Le soutien de la France à propos de l’aspect sécuritaire et logistique sera indispensable pour mener à bien cet acte religieux de la plus haute importance.

 

 

ARTICLE DU “QUOTIDIEN D’ORAN” du 07/03/2011

Le regroupement des cimetières français en Algérie se poursuit, selon un plan lancé en 2005 qui s’est étalé depuis à ce jour. Le ministère français des Affaires étrangères et européennes vient de décider de faire regrouper 135 petits cimetières français en Algérie dans 22 nécropoles algériennes, rapporte l’AFP. Ce nouveau regroupement a été consacré dans un arrêté paru, hier, au Journal officiel français. Après l’indépendance, les 523 cimetières français situés en Algérie, qui regroupent 210.000 sépultures, ont été abandonnés. 523 cimetières français avaient été recensés en 2003, dont 80% en mauvais état. Ces regroupements sont décidés suite à un commun accord entre les autorités algérienne et française. L’ancien président français Jacques Chirac, qui était en visite officielle en Algérie, en 2003, a lancé un plan de 1,4 million d’euros destiné à la réhabilitation et au regroupement de ces cimetières. Les descendants français ont la possibilité de récupérer, mais à leurs frais, les ossements de leurs proches enterrés en Algérie. Les consulats français implantés en Algérie s’engagent à leur apporter un soutien pour les opérations d’exhumation ou pour les formalités administratives. Ce nouvel arrêté du ministère français des Affaires étrangères informe les familles françaises qu’elles disposent de quatre mois pour faire savoir au consul de France si elles veulent transférer en France les ossements de leurs proches enterrés en Algérie.

La liste des cimetières appelés à regrouper les sépultures françaises a été arrêtée (voir liste plus loin)  sur propositions formulées par l’ambassadeur de France en Algérie et le ministère algérien de l’Intérieur et des Collectivités locales. Un autre arrêté avait été publié en 2004 au Journal officiel français qui permet également le regroupement de sépultures civiles françaises en Algérie. Les sépultures civiles françaises en Algérie sont regroupées en tombes collectives ou ossuaires selon le cas. Depuis 2003, l’Etat français engage des opérations de réhabilitation des cimetières français d’Algérie. Un fonds de concours a été ouvert par l’Etat français pour financer les réhabilitations des cimetières dont la plupart sont dans un état de dégradation avancé. Des centaines de tombes ont été détruites et vandalisées. En déshérence durant la décennie du terrorisme des années 90, les cimetières sont redevenus une priorité pour la France. Les pillages, les déprédations et l’usure du temps ont causé des dommages irréversibles. Soixante-deux cimetières situés souvent dans des lieux excentrés (soit 4.000 tombes) sont dans un état de dégradation avancé. Il est à signaler que l’Etat algérien n’est normalement pas tenu d’entretenir les cimetières français. La situation continuant de se dégrader, la France avait décidé, en 2005, de regrouper 62 cimetières. Trente-huit d’entre eux avaient été regroupés dans l’Algérois. En 2007, l’Etat français a mobilisé un budget de 350.000 euros pour financer la réhabilitation des cimetières. Les anciens pieds-noirs viennent souvent en Algérie pour se recueillir sur la tombe de leurs proches.

Le Quotidien d’Oran, le 03/07/2011

 ***************************************************************************************************

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE FRANCAISE 

n°0152 du 2 juillet 2011 page 11337 
texte n° 4 

ARRETE 
Arrêté du 23 juin 2011 relatif au regroupement de sépultures civiles françaises en Algérie 

NOR: MAEF1117121A

Le ministre d’Etat, ministre des affaires étrangères et européennes,

Vu le décret n° 68-728 du 7 août 1968 portant publication de l’échange de lettres des 29 avril et 20 juin 1968 entre la France et l’Algérie concernant le regroupement des sépultures civiles françaises situées dans certains cimetières d’Algérie ;Vu le plan d’action et de coopération relatif aux sépultures civiles françaises en Algérie, annoncé par le Président dela République le 3 mars 2003, à Alger ; Vu l’arrêté du ministère de l’intérieur et des collectivités locales algérien du 29 juin 2009 portant autorisation de regroupement des cimetières chrétiens en Algérie ;Vu l’avis de la mission interministérielle aux rapatriés, 

Arrête :

Article 1

Sur le fondement des propositions formulées par l’ambassadeur de France en Algérie et de l’arrêté du ministère de l’intérieur et des collectivités locales algérien du 29 juin 2009 susvisé, un regroupement, en tombes collectives ou ossuaires, selon le cas, de sépultures civiles françaises en Algérie est engagé selon le tableau annexé au présent arrêté.

Article 2

Les familles pouvant justifier par tout moyen de la sépulture de parents dans les cimetières mentionnés dans le tableau annexé au présent arrêté disposent, à compter de la date de publication du présent arrêté au Journal officiel dela Républiquefrançaise, d’un délai de quatre mois pour faire savoir au consul général territorialement compétent si elles souhaitent effectuer le transfert en France, à leurs frais, des restes mortels de leurs défunts.

Article 3

Les informations relatives aux modalités de ce transfert font l’objet d’une fiche technique que les familles mentionnées à l’article 2 du présent arrêté peuvent obtenir en se mettant en rapport avec : ― le ministre des affaires étrangères et européennes, direction des Français à l’étranger et de l’administration consulaire (sous direction de l’administration des Français, 27, rue dela Convention, CS 91533, 75732 Paris Cedex 15) ; ― le consul général de France à Alger, 25, chemin Abdelkader-Gadouche, 16035 Hydra, Alger, internet : http://consulatalger.ambafrance.org ;― le consul général de France à Annaba, 1, rue Gouta-Sebti, 23000 Annaba, internet : http://consulatannaba.ambafrance.org ;― le consul général de France à Oran, 1, rue Aïmeur-Brahim, BP 297, Oran, RP 31000 Oran, internet : http://consulatoran.ambafrance.org.

Article 4

Le directeur des Français à l’étranger et de l’administration consulaire, l’ambassadeur de France en République algérienne démocratique et populaire, le consul général de France à Alger, le consul général de France à Annaba et le consul général de France à Oran sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l’exécution du présent arrêté, qui sera publié au Journal officiel dela Républiquefrançaise.

  ***************************************************************************************************

LISTE DES CIMETIÈRES PROPOSÉS POUR LE REGROUPEMENT
PARLA PARTIE FRANÇAISE, RETENUE PARLA PARTIE ALGÉRIENNE

 

« WILAYA »

VILLE

CIMETIÈRES À REGROUPER

ALGER

El Harrach
(cimetière de Belfort)

Reghaia
Ain Taya
Bordj El Bahri (Bouseklhoul)
Bordj El Kifan
Dar El Beida

 

El Biar
(cimetière du Mont d’Or)

Baba Hassen
Birtouta
Bouzaréah
Chéraga
Delly Ibrahim
Draria
El Achour
Khraicia
Mahelma
Ouled Fayet
Rahmania
Saoula
Souidania
Staoueli
Zeralda

 

Cimetière du boulevard des Martyrs (BRU)

Birkhadem
Bir Mourad Rais

AIN DEFLA

Ain Defla

Arib
Cheikh Benyahia
El Abadia
El Amra
El Attaf
El Khemis
Rouina
Sidi Bouabida
Sidi Lakhdar

BLIDA

Blida

Bougara
Bouinan
Chebli
El Affroun
Larbaa
Meftah
Oued-El-Alleug

BORDJ-BOU-ARRERIDJ

Bordj-Bou-Arreridj

Khelil
Medjana
El Annassers

TIPAZA

Cimetière de Cherchell

Sidi Ghiles
Gouraya
Ain Tagourait
Khemisti
Bou Ismail
Fouka
Douaouda

 

Cimetière de Hadjout

Ahmeur El Ain
Attatba
Bourkika
Meurad
Nador
Sidi Rached

TIZI OUZOU

Tizi Ouzou

Ain El Hamman
Azzefoune
Draa El Mizane

ANNABA

Annaba

Ain Berda
Berrahal

BATNA

Batna

Ras El Aioun

EL TARF

El Tarf

Ain El Assel
Asfour
Bou Hadjar
Bouteldja
Chihani
Zerizer

GUELMA

Guelma

Ain Hassainia
Ain Larbi
Ain Makhlouf
Ain Regada
Belkheir
Bouati Mahmoud
Bouchegouf
Boukhamouza
Boumahra Ahmed
El Fedjouj
Medjez Sfa
Menzel Bouguettya
Oued Cheham
Oued Zenati
Tamlouka

JIJEL

Jijel

Taher
Ziama Mansouriah

MILA

Mila

Mila
Tadjenanet
Tiberguent
Zeghaia

OUM-ELBOUAGHI

Oum-Elbouaghi

Ain Babouche
Ain Kercha
Ain Mlila
Oum-Elbouaghi

AIN-TEMOUCHENT

Ain-Temouchent

El-Amria
Aghlal
Ain Kihel
Ain Tolba
Terga

 

Cimetière de Hammam
Bouhdjar

Ain El Arba

MOSTAGANEM

Mostaganem

Ain Sidi Cherif
Fornaka
Sidi Lakhdar
Sour
Touahria

SIDI BEL ABBES

Sidi Bel Abbes

Teghalimet
Sidi Ali Benyoub
Tabia
Boukhanefis
Sidi Khaled
Sidi Lahssen
Lamtar
Hassi Zahana
Ben Badis
Belarbi
Sidi Hamadouche
Ain El Berda

TIARET

Tiaret

El Dahmouni
Mechraa Safa
Medrissa

TISSEMSILT

Tissemsilt

Bordj Bou Naama

TLEMCEN

Tlemcen

Remchi
Maghnia
Ouled Mimoun
Ben Sekran
Sidi Abdelli

SETIF

Setif

Ain Arnat
Ain Arnat-Bouhira
Ain Lahdjar
Beni Aziz
Beni Fouda
El Ouricia

SKIKDA

Skikda

Ain Bouziane
Bekkouch Lakhdar
El Haddaik
Emdjez Edchich
Es Sebt
Salah Bouchaour

TEBESSA

Tebessa

Bekkaria
Morsott

 
Fait le 23 juin 2011.
Pour le ministre et par délégation :